Viaduc ferroviaire et ses abords
Viaduc ferroviaire et ses abords
Viaduc ferroviaire et ses abords
Viaduc ferroviaire et ses abords
Viaduc ferroviaire et ses abords

Viaduc ferroviaire et ses abords

rue david d'angers, 49500 SEGRE-EN-ANJOU BLEU

700

Programme

Afin d’assurer la continuité de la voie verte entre Chemazé en Mayenne et le centre-ville de SEGRE en Maine et Loire, et en préalable à la poursuite vers le nord-ouest du département à POUANCE, création d’une voie verte sur une ancienne voie ferrée désaffectée et sur un ouvrage d’art, à l’abandon depuis trente ans (ancienne voie de sablé-sur-sarthe à montoir-de-bretagne).

Le programme consistait tout d’abord, en la réhabilitation d’un ouvrage d’art ferroviaire construit en 1877, et constitué de poutres treillis métalliques, en trois travées, sur une longueur totale de 105.00m.

Prestations comprenant:

  • la dépose des rails ;
  • dévégétalisation des deux culées et têtes de piles ;
  • mise en place d’un échafaudage et d’une bâche périphérique thermo-rétractable pour confinement du chantier ;
  • dépose des platelages et garde-corps existants ;
  • dépose des encorbellements existants ;
  • enlèvement de la peinture au plomb par avivage (88800 kg d’abrasif de sablage) ;
  • maintien des trappes de visites et des échelles menant aux culées et piles ;
  • mise en peinture de l’ouvrage, avec couches d’anti-rouille (3520 litres) et couche de peinture bleu en RAL 5012 (1080 litres) ;
  • pose de fourreaux dans le tablier pour passage de futurs réseaux avec chambres de tirages ;
  • rejointoiement des maçonneries ;
  • pose de nouveaux garde-corps, teinte bleu RAL 5012, d’une hauteur de 1.20ml sur 2*96ml ;
  • pose d’une structure porteuse (100 solives en IPE 120 galvanisé) et d’un platelage en caillebotis métallique galvanisé anti-dérapant, sur toute la largeur de l’ouvrage, afin de permettre une bonne cohabitation des cycles et des piétons (626 m² de plancher caillebotis cranté maille 19*19) ;
  • pose d’habillages métalliques latéraux faisant office de bancs ;
  • pose de cordons lumineux à led sous les bancs pour mise en lumière du cheminement ;

Le programme consistait également pour les abords :

  • défrichement de la végétation au droit de l’ancienne voie ferrée ;
  • conservation de l’ancien butoir d’arrêt des trains, et d’un ancien portail de service ;
  • réalisation de terrassements du ballast, et passage de réseaux ;
  • pose de candélabres à led le long du tronçon ;
  • réalisation d’une liaison douce en sable de 3.00 de largeur ;
  • engazonnement des abords.

Concepteurs

  • SCE Aménagement et Environnement (Nantes)

Commune

  • SEGRE-EN-ANJOU BLEU

Maître(s) d'ouvrage(s)

  • Anjou Bleu Communauté

Thèmes

  • Aménagement

Année de réalisation

2020

Surface(s)

Ouvrage d’art d’une longueur de 105 m par 8 mètres de large, soit 840 m² ; Voie verte, de part et d’autre de l’ouvrage d’art, sur longueur de 250 m de longueur et une emprise de 8 m, soit 2 000 m²

Coûts

Dépense MOE : 138 770 € TTC ; SPS 1 317 € TTC ; Lot 01 ouvrage d’art : 1 612 877 € ; Lot 02 VRD : 72 216 € ; Études diverses : 24 500 € TTC ; Annonces légales : 3 650 € ; Géomètres : 3 240 € TTC ; Aménagements complémentaires (paysagers) : 3 612 € TTC ; SIEML - éclairage public : 45 000 € TTC ; TOTAL 1 905 182 € TTC ; FCTVA 16.404% : 312 526 € ; Reste à charge : 1 592 655 €

Documents

Opération classée hors catégorie mais retenue dans cette édition, la restauration de cet ouvrage d’art emblématique de Segré s’inscrit dans un objectif de valorisation touristique du territoire. Afin d’assurer la continuité de la voie verte entre Chemazé en Mayenne et le centre-ville de Segré en Maine-et-Loire, et en préalable à la poursuite vers le nord-ouest du département à Pouancé, ce projet de restauration s’inscrit dans la création d’une voie verte sur une ancienne voie ferrée désaffectée et sur un ouvrage d’art, à l’abandon depuis trente ans (ancienne voie de Sablé-sur-Sarthe à Montoir-de-Bretagne).

Le programme consistait principalement en la réhabilitation d’un ouvrage d’art ferroviaire et de ses abords, construit en 1877, et constitué de poutres treillis métalliques, en trois travées, sur une longueur totale de 105 m.

Un programme conséquent de travaux a été necessaire : la dépose des rails, la dévégétalisation des deux culées et têtes de piles, la mise en place d’un échafaudage et d’une bâche périphérique thermo-rétractable pour confinement du chantier, la dépose des platelages et garde-corps existants, la dépose des encorbellements existants, l’enlèvement de la peinture au plomb par avivage (88 800 kg d’abrasif de sablage), le maintien des trappes de visites et des échelles menant aux culées et piles, la mise en peinture de l’ouvrage, avec couches d’anti-rouille (3 520 litres) et couche de peinture bleu en RAL 5012 (1 080 litres), la pose de fourreaux dans le tablier pour passage de futurs réseaux avec chambres de tirages, le rejointoiement des maçonneries, la pose de nouveaux garde-corps, d’un platelage en caillebotis métallique galvanisé anti-dérapant, la pose de cordons lumineux à led… Mené dans un processus de large concertation, ce projet répond à un objectif de développement touristique mais apporte également une réponse intéressante dans l’encouragement à la pratique des déplacements doux à l’échelle de la ville.