Laboratoire de biologie médicale

zac de la Poissonnière, 49250 Beaufort en Anjou

669

Programme

Construction d’un laboratoire de biologie médicale comprenant :

  • A. Hall / attentes / sanitaires publics ;
  • B. Accueil / prélèvement / traitement des analyses ;
  • C.  Labo / bureau / patio / salle de repos ;
  • D. Vestiaires personnels / stockage.

Concepteurs

  • SARL ATOME SAUMUR Architecture

Commune

  • Beaufort en Anjou

Maître(s) d'ouvrage(s)

  • SCI PLUTON

Thèmes

  • Architecture

Année de réalisation

2019

Surface(s)

SP 326 m²

Coûts

650 000 € HT

Documents

La conception du projet s’appuie sur une analyse contextuelle fine qui a été guidée par trois objectifs principaux et participe à la singularité du projet. D’abord, un projet identifiable dans son environnement. Créer un lieu de référence situé au sein d’une zone d’activités commerciales et à la limite d’un quartier pavillonnaire récent. Il devra renforcer l’attractivité du site et améliorer l’image de l’ensemble tout en recherchant à inscrire le projet dans son contexte. Ensuite, signaler les accès et travailler les liaisons sécurisées pour les flux piétons. Traiter l’accès et les stationnements des véhicules différenciés pour le personnel, les usagers privés et les acteurs professionnels extérieurs. Enfin, affirmer la lisibilité du programme par une organisation fonctionnelle lisible et compacte. La traduction du programme se fait en rapport avec les 4 profils du bâti :

  • A. Hall / attentes / sanitaires publics ;
  • B. Accueil / prélèvement / traitement des analyses ;
  • C.  Labo / bureau / patio / salle de repos ;
  • D. Vestiaires personnels / stockage. 

Conçu sur la base d’un volume simple et épuré, le plan fonctionnel de l’ensemble se veut le plus compact possible dans un souci d’économie du projet et d’optimisation des flux. La volumétrie fait référence aux typologies locales, le gabarit du projet et la forme de sa toiture reprennent deux formes contextuelles et historiques liées en particulier à la fabrication de toiles par les ateliers des tisserands des Manufactures royales. Le projet reprend également le rythme successif des versants de toitures calquées sur les gabarits des serres horticoles et détermine une trame intérieure régulière dans laquelle s’organise rigoureusement le programme. La gradation de la zone publique vers l’espace professionnel s’organise d’est en ouest. L’enveloppe du bâti se contraste entre le « ruban » noir continu de tôle d’acier laqué à joints debout habillant les toitures, les façades est et ouest les plus exposées, des élévations nord et sud en panneaux de bois saturés blanchis. Les joints debout rappellent le profil des serres et les panneaux en multi-plis de bois douglas en chevauchement, les systèmes ventilés en pignons. Les teintes contrastées du projet s’harmonisent avec le bâti environnant à dominante ardoise et enduit clair. L’entrée s’identifie sans artifice, mais par une simple extrusion du volume pour mieux identifier l’accès principal.

En prolongement extérieur, les cheminements en béton balayé découpent les surfaces enrobées en zones de stationnement prédéfinis (professionnels / public) et marquent les accès PMR. La mise à distance des élévations et pieds de bardage est assurée par des parterres plantés de plantes vivaces et graminées.