21 logements locatifs La Jouannerie
21 logements locatifs La Jouannerie
21 logements locatifs La Jouannerie
21 logements locatifs La Jouannerie
21 logements locatifs La Jouannerie

21 logements locatifs La Jouannerie

938

Programme

Un ensemble de 21 logements proposé dans le cadre de l’aménagement d’une parcelle libre.

Concepteurs

  • GOA
  • JOHANNE SAN

Commune

  • VIVY

Maître(s) d'ouvrage(s)

Privé

Thèmes

  • Habitat social

Année de réalisation

2020

Surface(s)

SP 1 326 m²

Coûts

1 946 298 € HT

Documents

Un ensemble de 21 logements est proposé dans le cadre de l’aménagement d’une parcelle libre de 8 950,47m². Chaque nouvelle maison est conçue de façon à être assemblée en mitoyenneté est-ouest. Le rythme aligné du bâti est rompu par le décalage de quelques types. Chacune dispose de jardins nord et sud, toujours accessibles depuis l’espace public. Les 21 maisons individuelles de type T3 se structurent en trois courées, desservies par un maillage de voies partagées et de chemins piétonniers. Les maisons s’assemblent en mitoyenneté afin de créer des micro-voisinages. Le concept de la longère étendu à l’échelle de l’îlot en courrée donne l’identité architecturale et l’ambiance urbaine du projet. Les chemins piétonniers créés se raccrochent à ceux existants. Les 21 longères déploient de grandes façades sud et nord dans un principe d’orientation favorable au principe passif. Cinq ensembles se déploient ainsi, chacun étant, soit desservi par les façades nord, soit par les façades sud. Le plan masse composé montre ainsi une orientation solaire franche qui limite les co-visibilités et privilégie les pièces de vie face aux jardins ensoleillés. Les espaces extérieurs sont partagés entre 21 parcelles individuelles habitées et un ensemble de voies, chemins, noues, vergers, stationnements, connectés au quartier et au réseau existant. Le découpage foncier détaille donc 21 parcelles individuelles dans un réseau d’espaces publics rétrocédés à la commune. La topographie globalement plate du terrain implique une gestion aérienne des eaux pluviales par des noues paysagères qui accompagnent le réseau d’espace public. L’accès principal de l’îlot par une voie partagée forme une rue de village rythmée par les pignons des longères (pignon en pierre de Tervoux, pignon en bardage bois vertical en Douglas naturel, ou en bardage bois vertical laqué rouge norvégien, ou en bardage bois vertical noir) offrant ainsi une diversité pour ces longères. À chaque extrémité du site, un verger collectif public est proposé.

Logements Roi de Pologne

Rue de Quatrebarbes - Rue de Pignerolles - Rue des Dragons, 49100 ANGERS

964

Programme

Réhabilitation de 30 logements en site occupé.

Concepteurs

  • Studio d’Architecture Xavier Gayraud

Commune

  • ANGERS

Maître(s) d'ouvrage(s)

  • Angers Loire Habitat

Thèmes

  • Habitat social

Année de réalisation

2020

Surface(s)

SHAB 1 187 m²

Coûts

1 150 000 € HT

Documents

L’opération concerne la réhabilitation énergétique de 30 logements en site occupé dans l’hyper centre d’Angers. Un travail sur la résidentialisation a également été engagé. Construite en 1985, la résidence Roi de Pologne à Angers nécessitait des travaux visant particulièrement à améliorer le confort des résidents et l’esthétisme des façades.

Cet ensemble occupe un grand îlot en plein centre urbain, compris entre les rues de Pignerolles, de Quatrebarbes et des Dragons. Il est également en covisibilité directe avec le Château et l’Hôtel du Roi de Pologne, deux monuments historiques majeurs angevins. Toutes les façades ont été retravaillées afin de ”casser” leur aspect linéaire. Elles étaient également très associées à leur période de construction, avec leurs encadrements autour des baies, les lucarnes triangulaires, les teintes, le dessin des garde-corps, les matériaux utilisés (lambris bois, verre laqué brillant en allèges…) L’objectif était de mieux séquencer les façades, notamment en revisitant le clairis d’ardoise sur certaines trames du bâti. Cette vêture sombre composée d’un calepinage utilisant trois modules différents vient désormais habiller certaines parties des élévations en alternance avec des séquences enduites claires, apportant ainsi contraste et rythme. Des plaquettes de schiste ont été ajoutées en soubassement sur la rue de Pignerolles pour renforcer ce lien au minéral traditionnel de la région et apporter de la qualité au niveau du volume du piéton. Tout comme rue de Quatrebarbes où des murets appareillés en schiste et surmontés d’une grille résidentialisent davantage l’îlot en créant un cadre spatial plus défini à la résidence. Une seule teinte d’enduit a été utilisée sur le corps de façade de façon à gommer les encadrements autour des baies. Des garde-corps en découpe laser motifs pixel ont remplacés les barreaudages verticaux. Enfin, des encadrements métalliques aspect corten viennent donner des petites touches de couleur à la façade.

L’ensemble de ces éléments concourent à redonner un peu de contemporanéité à l’ensemble.